les photos de l'exposition

 L'exposition photo"cham cambodgiens"

 

 

Cette exposition s'est déroulée à la Méta-house, centre culturel au coeur de Phnom-penh,du 18 décembre 2012 au 3 janvier 2013.

L'agence "Melon Rouge" a assuré la mise en oeuvre de l'exposition.


UN PETIT APERÇU DE L'HISTOIRE DU PEUPLE CHAM

 

 

Concernant l'histoire ancienne du peuple Cham au Cambodge, des chercheurs ont rapporté la preuve de contacts entre le Champa et le monde musulman dès le neuvième siècle. Un groupe de chams musulmans vit encore au centre du Vietnam, même s'il s'agit d'une minorité. Car, au Vietnam, la majorité des Chams continue à pratiquer le culte hindouiste. Il est donc plausible qu'une partie de la population chame était déjà convertie à l'Islam avant de se réfugier au Cambodge. Le fait qu'aujourd'hui tous les chams du Cambodge soient musulmans conduit la plupart des chercheurs à la conclusion que la conversion de la majorité des chams à l'islam a eut lieu en réalité sur le territoire cambodgien.


Les années 1955-1970, marquèrent un changement d'attitude vis a vis des chams, qui furent considérés comme "Khmers musulmans". Les implications de ce changement furent bien perçues par William Collins lorsqu'il écrivit que "quiconque utilise la dénomination "Khmer musulman" doit comprendre que la communauté chame d'ascendance malaise est différente, ethniquement parlant, des Khmers," et que cette appellation peut conduire à une confusion (commentaire rajouté par Maât team).


Les Khmers rouges pénétrèrent dans Phnom Penh le 17 avril 1975. Leur régime (le Kampuchéadémocratique - KD) de trois ans, neuf mois et vingt jours est l'un des épisodes les plus terrifiants du vingtième siècle. Plus de deux millions de cambodgiens perdirent la vie. Les Khmers rouges tuèrent environ plus de la moitié de la population chame du Cambodge.
La République populaire du Kampuchea (RPK), qui succéda au KD, traita la communauté chame avec tolérance et accorda une attention particulière aux souffrances endurées par les chams au temps du KD. Selon le texte "L'Islam au Kampuchéa" publié en 1987, les chams auraient entièrement disparu si le KD n'avait pas été renversé. 300 000 chams vivent aujourd'hui au Cambodge,soit environ 70 pour cent de la population musulmane totale du Cambodge.


Texte tiré de l'article rédigé par Mr Jean-Michel Filippi et publié en langue anglaise dans le journal
Phnom Penh Postbased on the article written by Jean-Michel Filippi and published in English in Phnom
Penh Post ("The Long Tragedy of Cham History" - 5 novembre 2011).

 

Cliquez sur les photos pour les agrandir......

 

Maisons

 

 

Traditionnellement, la maison de style Cham présente des ouvertures en pignon. Elle se distingue en cela de la maison de style Khmer dont les ouvertures sont en façade. Son emplacement est choisi en concertation avec les instances religieuses. C'est le prieur qui détermine l'emplacement du premier pilier. L'entrée est placée du côté Est, si cela est possible ; en tout cas, elle ne se trouve jamais du côté Ouest qui est associé à la mort. Les planches de bois qui constituent les murs et le plancher sont volontairement disjointes, assurant ainsi une circulation d'air naturelle.{ppgallery}stories/galeries/operationmaat2012/photos-exposition/vie_quotidienne/maisons{/ppgallery}

 

Le flamboyant, Tombe de Peam Sor, premier Cham au Cambodge, Village de Spean Thmey, commune de Kean Chrey

L'ombre de ce flamboyant abrite la tombe du premier Cham, Peam Sor, un commandant du royaume de Champa qui protégeait la région des invasions. En partie détruite par les Khmers Rouges elle a été reconstruite par les français. Elle est devenue un lieu de pèlerinage. Elle est alors recouverte d'un linge blanc, en partie seulement, pour signifier que cet homme ne peut être honoré comme un simple mortel.{ppgallery}stories/galeries/operationmaat2012/photos-exposition/vie_quotidienne/tombe_cham{/ppgallery}

Culture du tabac

Les cultures produites dans la région du village de Svai Khleang reflètent les activités exercées par la population cambodgienne.
La culture du tabac fait vivre une grande partie du village et nécessite beaucoup de manutentions qui mobilisent beaucoup de villageois: Cultivé en plein champ, il est ensuite récolté, séché en paquets sous les maisons. Les plus belles feuilles sont choisies, coupées à la machine. Le tabac coupé est étendu en couches fines pour sécher sur des nattes au soleil.
L'industrie le récupère en vrac, et le renvoie sous forme de cigarettes avec des filtres que les villageoises assemblent. Puis elles expédient les cigarettes à la fabrique qui les met en paquets.

Instants de prière

La prière a lieu une fois par semaine, le vendredi.Elle peut se dérouler à la maison ou à la mosquée.

Moments de vie

Krama

Porté par tous, le krama est emblématique de la société cambodgienne et étroitement lié à la vie quotidienne. On le destine à tous les usages : couvre-chef, couvre-rein, écharpe, short, il est vestimentaire. Cabas, porte-monnaie, blague à tabac, couverture, il est utilitaire. Il éponge la sueur sur le front, le sang qui coule. Il porte le bébé contre sa mère, se fait hamac pour son sommeil.
Elément d'identité nationale, il caractérise chacun de ceux qui le portent.
Il donne à la silhouette des femmes une élégance sobre. Chacune le noue à sa manière par un geste à la fois désinvolte et volontaire. Il faut les voir se réunir au marché, chacune coiffée de son krama coloré, dessinant au regard un jardin aux mille couleurs !

Cérémonies

Village de Chan Kiet. Vendredi, jour de la prière. Appel à la Prière aux Moissons


(Lieu de culte provisoire en attente de l'achèvement des travaux de la mosquée)

Au Village de Chan Kiet, district de O'Russei, le Vendredi est le jour de la prière. Les hommes prient pour tout le village. Les initiés, ongchowe, doivent avoir un comportement moral irréprochable, sous peine d'exclusion. Dès 10 ans, les jeunes garçons peuvent entrer dans la Mosquée pour assister à la prière hebdomadaire. Ils sont placés à l'arrière de leurs ainés. Certains hommes se tiennent à l'extérieur, assis sur le parvis. En effet, il faut avoir suivi une initiation, le ta pat, pour être autorisé à prier dans la mosquée.

Au cours de la cérémonie de la prière aux moissons, des offrandes sont bénies et offertes à Allah pour des "Moissons Abondantes". La prière est psalmodiée en cham et en arabe. Le prêcheur lit un rouleau dans un arabe déformé que personne ne comprend plus. Le blanc des vêtements symbolise la pureté. La prière se termine par le zikir, la répétition du nom de dieu, psalmodié selon une mélodie unique dans le monde musulman.

Toutes les femmes du village se rendent à la mosquée avec un plateau d'offrandes couvert du chapeau traditionnel. Elles se regroupent à l'extérieur de la Mosquée. Les offrandes sont bénies et offertes à Allah pour des "Moissons Abondantes". Elles sont ensuite partagées pour un grand repas sur place. Les femmes du village attendent la fin des prières avant de pouvoir également manger avec les enfants à l'extérieur de la Mosquée. Le reste des offrandes est partagé avec les membres de la famille

Mariage

Cérémonie importante qui occupe tout le village, le mariage Cham se déroule sur plusieurs jours et obéit à un protocole symbolique et spirituel spécifique.

Chacun des époux est apprêté au sein de sa famille, sous l'oeil avisé de l'entremetteuse, femme d'expérience qui transmet les coutumes rituelles.

Puis viennent les prieurs qui procèdent à la bénédiction de cette union selon un rituel symbolique précis. Enfin l'époux est accompagné chez sa future femme où l'union proprement dite est célébrée.

La société Cham étant de tradition matriarcale, ce mariage est tout à l'avantage de l'épouse. Après le magnifique et délicieux banquet qui clôture cette fête, le mari ira s'installer et vivre dans la famille de son épouse.

Cérémonie de la guérison

Cette cérémonie d'influence brahmanique est organisée par la famille d'une personne malade que les docteurs ont jugée incurable.
La personne malade et son entourage pensent que son état de santé s'est détérioré parce qu'elle s'est éloignée de son lieu de naissance, et donc de ses ancêtres. Pendant son absence elle n'a pas pu les honorer, ce qui a entraîné sur elle une malédiction, cause de sa maladie.
Cette cérémonie est organisée pour demander pardon aux ancêtres et espérer le bon rétablissement du malade.

 

Poème cham

 

Savoir profane

Savoir profane.
Avançant sur le chemin de la foi il ne faut pas cesser d'apprendre

Pour acquérir savoir, sagesse et succès
Dans ce monde qui est le notre.

 
Nous apprenons à édifier nos maisons, nos mosquées et nos écoles,

A construire des routes et des ponts utiles aux gens.
Quand le savoir nous fait défaut, nous cherchons.

Autrefois, beaucoup nous échappait.
Empiler des pierres pour bâtir les maisons,

Tailler le bois pour en faire des navires faisait débattre nos clercs.
Sous la pluie froide.
Car nous dépendions des pages (du Livre).

Cherchant à franchir des montagnes rocheuses,

De nuit comme de jour,

Notre ignorance nous empêchait de ressentir chaleur ou froid.
Maintenant, contrairement à hier, nous avons des voitures et des avions.

Portrait mosaique

Ce portrait est constitué de toutes les photos (plus de 3000) qui ont été prises au cours du reportage du mois d'avril.Elles ont été assemblées numériquement pour reconstituer le visage de la belle mariée.

Les familles qui nous avaient accueillies et qui ont été invitées au vernissage de l'exposition se sont bien amusées à se chercher(et à se trouver!) sur les multiples photos qui le composent.

Il symbolise la beauté du peuple cambodgien cham dans sa diversité et son unicité.